Les 10 découvertes de 2022 de Québec Science - Les travaux de la Dre Caroline Ménard en font partie !

La dépression, une maladie différente selon le sexe

Lors d’une grave dépression, les hommes et les femmes ne manifestent pas les mêmes symptômes. Des scientifiques comprennent mieux pourquoi : la maladie atteint des régions différentes du cerveau.

N’entre pas qui veut dans le cerveau : la barrière hémato­encéphalique est inflexible face aux intrus. Cette couche de cellules tissées serrées, qui est pré­sente sur tous les vaisseaux sanguins du cerveau, empêche les agents pathogènes, les toxines et les molécules inflam­matoires qui circulent dans le sang de s’approcher des neurones, tout en lais­sant passer les nutriments et l’oxy­gène. Mais sous l’assaut d’un stress pro­lon­gé, qui peut mener à une dépression grave, la barrière s’affaiblit.

Cette barrière protectrice est au cœur des recherches de Caroline Ménard, professeure au Département de psychiatrie et de neurosciences à l’Université Laval. Son équipe et elle ont découvert que le stress fragilisait la barrière hémato­encéphalique dans des régions précises du cerveau des souris. Chez le mâle, le noyau accumbens (impliqué dans le circuit de la récompense) est affecté, alors que, chez la souris femelle, c’est plutôt le cortex préfrontal qui est altéré.

Passant du modèle animal à l’humain, l’équipe de l’Université Laval a aussi examiné des cerveaux provenant de la Banque de cerveaux de l’Institut universi­taire en santé mentale Douglas. Caroline Ménard confirme avoir observé les mêmes modifications au niveau du cortex préfrontal chez les femmes ayant souffert de dépression majeure. Cette région du cerveau est notamment impliquée dans la régulation de l’humeur et l’anxiété. Du côté des hommes, le cortex préfrontal ne montrait quant à lui aucun changement. Ces résultats, qui ont été publiés dans Nature Communications en janvier 2022, indiquent ainsi que le stress affecte la barrière hématoencéphalique différemment selon le sexe.

« On sait que les femmes sont deux fois plus sujettes que les hommes à la dépression et que leurs symptô­mes diffèrent. Les antidépresseurs ne fonctionnent pas non plus de la même ma­nière chez les hommes et les fem­mes », souligne Caroline Ménard, qui est également chercheuse au Centre de recherche CERVO.

Lire la suite de l'article du Québec Science ici.

Financement / Soutien / Partenaires

logo FRQ-S logo ctrn logo fci logo cihr irsc logo nserc logo MESISentinelle nord