À visage humain Capteurs de lumières

Capteurs de lumières

Le troisième segment d'À visage humain, Capteurs de lumières, est une œuvre numérique évolutive visant à illustrer un concept de neuroscience ainsi que l’usage de la lumière dans la recherche sur le cerveau qu’elle soit à des fins diagnostiques, instrumentales ou pour thérapeutique. 

La lumière est synonyme de connaissance, elle illumine le monde, fait apparaître les objets en images et en surfaces. Dans ce travail, l’artiste cherche à illustrer ce que la lumière ne permet pas nécessairement de voir, ce qui se cache derrière nos corps lumineux. C’est un travail d’interprétation, c’est-à-dire une perspective qui cherche à la fois l’angle des similarités et celui des différences par un regard intuitif sur le monde de la neuroscience.

Contrairement au travail de visualisation scientifique, celui de l’image projetée évoque plutôt cette idée d’une « essence de la représentation » par une utilisation systématique des éléments constituants : le point et la ligne, le noir et le blanc. Ce jeu de contraintes est ensuite relié à celui de la multitude et à l’inter-connectivité moléculaire qu’on retrouve en neurosciences. Les images projetées et synchronisées ne sont pas définitives et évolueront dans le temps.

Cette installation reste dynamique; la proposition s’adaptera en fonction de la réaction et des échanges prévus avec les chercheurs.

Projet en cours de développement.

Conception : François Giard, Paul De Koninck, Francine Saillant

Réalisation : François Giard

En collaboration avec des chercheurs : du Centre d’optique, photonique et laser, du Centre de recherche CERVO et du Centre Cultures, Arts, Sociétés (CÉLAT).

Cette œuvre a été rendue possible grâce au soutien financier : du FQRNT - FQRSC et du Programme Prisme.

 

Financement / Soutien / Partenaires

logo FRQ-S logo ctrn logo fci logo cihr irsc logo nserc logo MESISentinelle nord